Un lieu, une histoire

Le nom de Nissoulogres suscite une réelle curiosité et beaucoup entendent « nid sous l’ogre ». Après quelques recherches, il semblerait que l’étymologie de Nissoulogres s’oriente vers une toute autre signification. Selon un article paru en 1987 dans Revue archéologique de Narbonnaise, intitulé Notes d’archéologie gauloise lozérienne, son auteur René Pauc propose « Forteresse du soleil éclatant »:

Déserté et laissé à l’abandon par ses occupants, Nissoulogres a été reconstruit peu à peu par des jeunes parisiens amoureux du Causse dans les années 60. Transformé à cette époque en haut lieu de randonnées équestres, c’est aujourd’hui un hameau préservé de l’agitation touristique qui anime Sainte Enimie en saison.

A cette époque, le seul accès était celui qui montait du village de Prades: une piste délicate mais néanmoins carrossable… en 2CV, véhicule léger et maniable.

Aujourd’hui, ce chemin est ravinée et en parti effondré : aucun véhicule ne peut y monter, pas même un 4×4. Un panneau en interdit l’accès par sécurité. Cependant, la plupart des GPS et même Google Map le proposent!

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Aujourd’hui, l’accès au hameau se fait par le Causse, par ce qui n’était à l’époque qu’un chemin de terre.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Pour ceux qui ont séjourné ici, voici quelques photos d’autres maisons avant restauration:

Ce diaporama nécessite JavaScript.